Tous les articles par clpmr

Déclaration : Du logement social pour tous et toutes !

À l’occasion de la Journée internationale des migrants décrétée par les Nations unies et visant notamment à rappeler l’importance de protéger les droits des réfugiés et des migrants, FRAPRU lance une déclaration demandant au gouvernement québécois de revoir son règlement d’attribution des logements à loyer modique pour donner accès au logement social aux personnes qui ne détiennent pas la citoyenneté canadienne ou la résidence permanente. Il invite les organisations sociales alliées de divers horizons à la signer.

Déclaration

Dans un contexte où la pénurie de logements s’exacerbe dans plusieurs villes du Québec, il est très difficile de trouver un logement abordable. Il faut davantage de logements sociaux pour répondre aux besoins de toutes les personnes locataires au Québec.

Les personnes locataires ayant un statut migratoire irrégulier ou précaire (les personnes ayant un permis de travail, les demandeurs d’asile, les réfugié-e-s, les personnes sans statut, etc.) sont victimes de discrimination, car elles sont exclues du logement social.  En effet, l’état actuel du Règlement sur l’admissibilité aux logements à loyer modique exclut les personnes qui ne détiennent pas la citoyenneté canadienne et la résidence permanente.

Le droit au logement est fondamental pour assurer la jouissance de nombreux droits, dont ceux à la sécurité, à l’intégrité et à la vie privée, bref pour vivre dans la dignité.  De plus, les droits humains devraient être accessibles à toutes et tous sans exception.

En signant cette déclaration, nous prenons position en faveur de l’accès au logement social pour toutes et tous, peu importe le statut d’immigration, et ensemble nous disons non aux critères discriminatoires du règlement de la Société d’habitation du Québec.

Le droit au logement

 

Qui décide quand il est question de fournir un logement adéquat et abordable?

Jamais un mot d’ordre n’aura été si juste et pertinent que la revendication d’un logement adéquat et abordable pour tous les Canadiens et Canadiennes durant ces dernières élections. Cela fait trois semaines que l’élection est terminée et plusieurs ont pu constater qu’une sinistre farce s’était jouée sous leurs yeux. Nos préoccupations étaient absentes. Les attaques personnelles, les diversions et les promesses éhontées ont remplacé une discussion rationnelle avec la pleine participation de la population.

Dans ce système anachronique appelé démocratie, la majorité ne gouverne pas. On peut nous promettre mer et monde. On nous demande de comparer les programmes électoraux. On nous demande d’abandonner tout ce pourquoi nous luttons depuis si longtemps et de voter pour un de ces partis qui prétendra posséder un mandat en notre nom. De toute façon aucun de ces partis qui prétend nous représenter n’est redevable devant la population.

Partout au pays, les collectifs qui se battent pour affirmer le droit au logement formulent différentes propositions pour atteindre l’objectif d’un logement pour tous et toutes. En parlant en leur propre nom, ils garantissent que le droit au logement pour tous et toutes est à l’ordre du jour et que la discussion ne sera pas détournée par le chant des sirènes des partis cartellisés, des médias monopolisés et de leurs soi-disant experts.

Ce qu’il faut c’est un renouvellement en profondeur du processus politique pour que le peuple puisse prendre en main ses propres affaires. Ce qu’il faut surtout c’est avancer sur la base de notre propre ordre du jour.

Serge Lachapelle était le candidat marxiste-léniniste dans Laurier-Sainte-Marie.

 

 

5 à 7 Lancement de la Maison Ludivine Lachance !

En 2015, le gouvernement du Québec annonçait son intention de vendre l’ancienne Institution des Sourdes située sur la rue St-Denis. Dès lors, le CLPMR s’est mis en branle afin que ce lieu historique serve encore les intérêts de la population et ne soit pas transformé en condos, comme ce fut le cas de l’Institut des Sourds sur la rue St-Laurent.

À la suite d’une assemblée publique sur l’avenir du site en octobre 2017, le Comité logement du Plateau Mont-Royal, des membres de la communauté sourde et d’autres organismes communautaires du quartier ont formé un comité de travail pour développer un projet d’avenir sur le site. Nous visons à ce que ce site conserve sa vocation sociale, publique et communautaire, le développement de logements sociaux, des services pour les personnes sourdes ainsi que l’installation d’organismes communautaires répondant aux besoins du quartier.

Nous avons une vision commune avec la Ville de Montréal concernant le développement de ce site, ce qui est très positif pour l’avancement et la suite du projet.

Nous en sommes maintenant à une étape importante du projet : Le lancement officiel de notre futur OBNL qui se nomme la Maison Ludivine Lachance ! En effet, le comité de requérants a fait le choix du modèle d’OBNL pour le futur projet.

Nous organisons donc un 5 à 7 pour le lancement officiel de la Maison Ludivine Lachance. Le 5 à 7 aura lieu à l’AQÉPA Montréal Régional au 3700 Berri, le 20 novembre prochain.

 AU PROGRAMME :

Lancement de la Maison Ludivine Lachance

• Information sur le projet futur de l’ancienne Institution des Sourdes

• Petites bouchées et boissons

 

Manif-action : Élections fédérales

Plusieurs grandes villes au Québec et au Canada font face à une pénurie de logements locatifs, sans précédent depuis 14 ans. Les besoins en logements sociaux sont criants, partout. Pourtant, la première Stratégie canadienne sur le logement, adoptée par les Libéraux, prévoit des investissements ridiculement bas dans le logement social.

Un élément plutôt positif de cette Stratégie, toutefois: elle prévoit que les sites fédéraux excédentaires puissent servir à développer du logement abordable. Or, il y a en un dans le quartier Pointe Saint-Charles, à deux pas du centre-ville de Montréal, sur le bord du bassin Peel. Mais il est convoité par un des fils Bronfman et le promoteur Devimcor, pour y construire… un stade de baseball, des condos et un hôtel de luxe!

La table de concertation des groupes communautaire de la Pointe, le Regroupement information logement et le FRAPRU demandent que ce terrain fédéral soit dédié exclusivement au développement de logements sociaux et communautaires. Le FRAPRU demande également aux partis politiques en lice aux élections générales d’octobre 2019 de s’engager à investir au moins 2 milliards $ par année dans la construction de nouveaux logements sociaux.

Soyons en grand nombre à la manif’action organisée le dimanche 15 septembre, par le Regroupement Information Logement (RIL) et le FRAPRU, conjointement avec Action-Gardien, afin de rappeler aux partis leurs responsabilités envers les ménages canadiens mal-logés! Rendez-vous à 14h00, au Square Dorchester (métros Peel et Bonaventure).

La délégation du Comité logement du Plateau Mont-Royal se rencontre le dimanche  15 septembre à 12h, au 4449 Berri (Entrée arrière du Monastère) pour un départ collectif ! Billets d’autobus fournis !

Manif-action: dé-valisons Airbnb, pour le droit à la ville!

9maiairbnbROUGENous vous convions à une manif-action pour dénoncer les ravages causés par Airbnb dans nos quartiers!

Rendez-vous le jeudi 9 mai 2019, 15h.
Métro Mont-Royal
Apportez valise ou sac de voyage!
Café et collation servis sur place

Le phénomène Airbnb est un processus d’urbanisation destructeur: il mine les relations de voisinage, expulse des gens de leur quartier, crée des inégalités urbaines et sociales, dégrade les milieux de vie, entraîne des pertes de logement, engendre la disparition de la vie résidentielle, contribue à la hausse des loyers et à la disparition des commerces et services abordables.

À Montréal, au cours des 12 derniers mois, plus de 24 000 espaces d’hébergement ont été proposés sur l’unique plateforme d’Airbnb. En favorisant l’implantation d’hébergement touristique au cœur de nos quartiers, le phénomène Airbnb menace nos milieux de vie et détruit la solidarité des résidents et résidentes au profit du tourisme et de la consommation. Ce phénomène contribue à la marchandisation du logement, mais aussi à la marchandisation de la vie urbaine.

Protégeons nos logements!
Interdisons Airbnb!

S’opposer à l’hébergement touristique, c’est reprendre pouvoir sur nos quartiers.

Information, CLPMR: 514-527-3495

Assemblée Générale – 16 avril

affiche_16avrilC’est avec plaisir que nous vous invitons à une assemblée générale qui portera sur les grands enjeux actuels du Comité logement du Plateau Mont-Royal (CLPMR).

La réunion aura lieu mardi 16 avril à compter de 18 heures au 4450 de la rue Saint-Hubert, au 4e étage (salle 432). Un léger goûter sera servi dès 17h00.

Pour consulter l’ordre du jour, cliquez ici

Pour consulter le cahier de propositions, cliquez ici

 

Le phénomème Airbnb : à l’assaut de nos milieux de vie !

Notre nouvelle recherche intitulée  » Le phénomème Airbnb : à l’assaut de nos milieux de vie  » est maintenant disponible en ligne sur notre site internet.

Pour la consulter, cliquez ici

 

Dans la présente recherche, nous faisons le point sur les nouvelles mesures d’encadrement en vigueur au Québec, à Montréal, et plus particulièrement sur le Plateau Mont-Royal. L’idée est de démêler la situation, de voir qui sont les bénéficiaires de ces règlementations, et quels effets elles ont sur la vie des locataires et des personnes résidentes. Nous présentons également les luttes qui s’organisent dans différentes villes contre Airbnb et ses concurrentes.

Depuis la publication de notre dernière étude Le phénomène Airbnb : bienfait ou calamité pour les locataires en 2016, l’important succès des plateformes d’hébergement touristique a bousculé autant les milieux de vie que les cadres législatifs. Le cheval de bataille idéologique de la multinationale Airbnb et de ses concurrentes est l’économie collaborative : « partager » sa résidence à des touristes serait un geste altruiste et solidaire. Cependant, on constate dans les dernières années que la location touristique représente surtout une occasion pour les investisseurs immobiliers de rentabiliser davantage leurs avoirs. Conséquemment, ce type de location a réduit de façon substantielle le parc de logements locatifs dans la plupart des villes. De plus, malgré les efforts mis en oeuvre par les pouvoirs politiques pour baliser les activités de location touristique, les mesures en vigueur de par le monde n’ont eu, à ce jour, que peu d’effets. 

Interdire Airbnb !

Le CLPMR défend toujours l’interdiction des plateformes d’hébergement non seulement parce que leurs activités nuisent aux locataires, mais aussi parce qu’elles contribuent à la marchandisation du logement et à la dégradation des milieux de vie. Notre position a été adoptée par deux acteurs implogo-couleurortants de la lutte pour le droit au logement, soit le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ). Qui plus est, l’interdiction est une mesure désormais envisagée ailleurs dans le monde pour protéger les milieux de vie et préserver l’offre de logements locatifs de même que les milieux de travail syndiqué.

 

 

FORUM AIRBNB

Le phénomène Airbnb : Outil de précarité sociale !
Airbnb est de plus en plus présent dans nos vies. Cette compagnie, qui se réclame de l’économie de partage, engendre partout à travers le monde, de grandes formes de disparités sociales et économiques. Elle participe pleinement au phénomène de la gentrification de nos quartiers !

À Montréal, au cours des 12 derniers mois, plus de 24 000 espaces d’hébergement ont été proposés sur l’unique plateforme d’Airbnb, dont plus de 7 400 dans le seul arrondissement du Plateau Mont-Royal. Dans notre quartier, on parle d’une perte de 5% du parc de logements locatifs au bénéfice des touristes et des résident.es de passage. Dans ce contexte, les plateformes d’hébergement touristique viennent carrément détruire nos milieux de vie! Elles réduisent l’offre de logements locatifs et abordables, elles participent à l’augmentation du prix des loyers, elles causent des troubles de voisinage et elles compromettent la vie de quartier.

Face à une telle situation, le Comité logement du Plateau Mont-Royal organise une conférence de presse et un forum citoyen !

CONFÉRENCE DE PRESSE :

Nous y lancerons notre recherche  »Le phénomène Airbnb : à l’assaut de nos milieux de vie ». La conférence de presse aura lieu le jeudi 7 mars 2019, à 10:30, au 4450 St-Hubert, 6e étage (salle 600).

FORUM CITOYEN :

Nous y discuterons et échangerons collectivement sur la problématique alarmante d’Airbnb. Mobilisons-nous et agissons collectivement afin de conserver et de protéger nos quartiers ! Le forum aura lieu le samedi 16 mars 2019, au 4450 St-Hubert, sous-sol (salle du Resto-Plateau). L’accueil des participant.es est prévu à partir de 9:30. Pour plus d’information, voici le lien facebook de l’événement :https://www.facebook.com/events/1227764174065798/ et le tract en pièce jointe. Vous trouverez l’horaire et le déroulement sur le tract.

  • 9h30 : Accueil et café
  • 10h00 : Mot de bienvenue par la présidente du Conseil d’administration du CLPMR, Nathalie Germain
  • 10h15 : Panel sur les influences d’Airbnb dans nos milieux de vie animé par Christine Brizard, de la CDC Action Solidarité Grand-Plateau
  1. Odile Lanctôt, Comité logement du Plateau Mont-Royal
  2. Richard Ryan, Conseiller de Ville du district du Mile-End
  3. Danielle Kerrigan, Jennifer Combs et Robin Basalaev-Binder du groupe de recherche Urban politics and governance de l’Université McGill
  4. Daniel Pardo, militant de Barcelone (en vidéoconférence)
  5. Témoignages de locataires du Plateau Mont-Royal
  • 11h45 : Période de questions et commentaires
  • 12h15-13h15: Dîner (gratuit et servi sur place)
  • 13h15 : Ateliers en petits groupes
  1. Carte émotive du Plateau Mont-Royal et ses environs
  2. Discussion – Moyen d’action et de luttes collectives
  • 14h45 : Retour en plénière
  • 15h15 : Conclusion par François Saillant (ex-coordonnateur du FRAPRU)